Bienvenue en Bourgogne-Franche-Comté !

Découvrez la région Bourgogne-Franche-Comté
Cette grande région de l'Est de la France comporte 8 départements qui recèlent de 1001 merveilles !
Bourgogne-Franche-Comté : le tourisme nature !
Une Histoire riche, des cultures typiques, un patrimoine inégalé, des paysages à couper le souffle, ...
Une région d'arts et de culture(s) !
Artistes nés et/ou inspirés par la Franche-Comté, architectures de haute qualité, cultures locales authentiques et folklore sont autant d'atouts de chaque coin de la région Bourgogne-Franche-Comté !
Détente et loisirs en Bourgogne-Franche-Comté
La Bourgogne-Franche-Comté permet de se ressourcer partout, tout le temps grâce à ses nombreux festivals, sports, plages, divertissements, etc.
Gastronomie bourguignonne et gastronomie comtoise
La gastronomie franc-comtoise et la gastronomie bourguignonne disposent aussi bien de spécificités que de points communs. Faisons un petit tour gourmand en Bourgogne-Franche-Comté ...

Saline Royale d'Arc-et-Senans

La Saline Royale d'Arc-et-Senans est une ancienne salin (ou saunerie) datant du XVIIIème Siècle. Elle se situe à Arc-et-Senans, dans le Doubs.

Cette Saline Royale fût l'une des plus grandes d'Europe. Elle a été construite par le célèbre architecte Claude-Nicolas Ledoux et servait à transformer la saumure qui était extraite aux salines de Salins-les-Bains. C'est un saumoduc long de plus de 21km qui servait à transférer cette saumure d'un site à l'autre.

Saline Royale d'Arc-et-Senans

  • Histoire du sel du Jura

Le sel était exploité depuis la Préhistoire et durant l'Antiquité latine. Ce sel deviendra source de richesse dans le Jura à partir du VIème Siècle, lorsque l'Abbaye d'Agaune (actuellement située en Suisse) reçoit les salines de Salins (Salins-Les-Bains) en donation. Cet "or blanc", ainsi qu'il était surnommé, a permis à la seigneurie de Salins au Xème siècle (qu'ont acquis les Chalon-Arlay au XIIIème Siècle) d'accroître sa puissance grâce à la taxe sur le sel (la gabelle) qui était imposée à tous ses consommateurs.

Durant le Moyen-Age, les sources salées de Grozon et Lons-le-Saunier sont également exploitées, mais devant leur manque de rentabilité, leur exploitation sera abandonnée au XIVème Siècle.

Aux XVème et XVIème Siècles, seules les salines de Salins étaient en activité. Elles étaient sous le contrôle des Habsbourg espagnols qui les restructurèrent en monopole royal.

En 1678, la Franche-Comté revient sous la coupe du roi de France. Mais on constate que les salines deviennent de moins en moins productives. En outre, il fallait de grandes ressources de bois pour les chaudières. C'est ainsi qu'émerge le projet d'une Grande Saline Royale à Arc-et-Senans, située près de la forêt de Chaux. Un saumoduc de 21km sera alors construit afin de transférer la saumure de Salins-les-Bains vers la Saline Royale d'Arc-et-Senans. L'exploitation commencera en 1779 et s'achévera en 1895.

A noter également qu'en 1752 l'exploitation du sel reprendra à Montmorot, à quelques kilomètres de Lons-le-Saunier. On cessera l'exploitation en 1966.

Au milieu des années 1800, d'autres sites d'extraction du sel sont créés comme la saline de Grozonqui.

Aujourd'hui, le sel du Jura n'est quasiment exploité que pour les stations thermales de Lons-le-Saunier et Salins-les-Bains.

  • Fonctionnement d'une saline

Le sol de la Franche-Comté est riche de halite (ou sel gemme). Dans une saline, on puise l'eau des sources salées à travers le banc de sel gemme. On extrait alors le sel de la saumure par ébullition dans des chaudières chauffées au bois : on parle d'exploitation du sel ignigène (évaporation de la saumure par le feu). 

  • Histoire de la Saline d'Arc-et-Senans

Le besoin en bois est très important afin d'extraire le sel. Aussi, la saline de Salins-les-Bains coûtait très chère puisque le bois devait être acheminé depuis de plus en plus loin. C'est pourquoi le Roi Louis XV décida de créer la Saline d'Arc-et-Senans située située à côté de la forêt de Chaux, riche en bois. Aussi, il confia le projet à Claude-Nicolas Ledoux, qui venait d'être nommé  « Commissaire aux salines de Lorraine et de Franche-Comté » le 

Du côté officiel, le projet de la construction de la nouvelle Saline fut pris le 29 avril 1773 par un arrêt du Conseil. Une commission technique décida de l'emplacement de cette nouvelle saline : ce fut entre les communes d'Arc et de Senans. Ce choix était avant tout stratégique : ce site se situe à proximité de la rivière Loue et surtout de la forêt royale de Chaux. Aussi, devant le refus de son premier projet, Claude-Nicolas Ledoux en proposera un second en tablant sur une architecture qui permette une organisation rationnelle et hiérarchisée du travail. Le financement et la construction de la saline sera confié à l'entrepreneur Jean-Roux Monclar. Charles Philibert Trudaine de Montigny, directeur des Ponts et Chaussées, signera le plan-masse du projet le 28 octobre 1774.

La construction débutera le 15 avril 1775. Les essais de fabrication débuteront dès le gros oeuvre fini, à savoir à l'automne 1778. L'exploitation de la saline commencera en 1779. En parallèle, une route sera aménagée.

  • Architecture de la Saline d'Arc-et-Senans

La saline royale d'Arc-et-Senans est organisée en arc de cercle parfait :

Saline royale d'Arc et Senans en arc de cercle

On y retrouve 11 bâtiments parmi lesquels :

Bâtiment de Graduation de la saline d'Arc-et-Senans

Le bâtiment de graduation

Le bâtiment de graduation avait pour objectif d'augmenter la concentration en sel de la saumure par évaporation. Il s'agissait d'un bâtiment immense de 496 mètres de long pour 7 mètres de haut. Le vent qui s'engouffrait dans le bâtiment facilitait l'évaporation. Un tuyau percé de trous situé à 5 mètres de hauteur laissait s'échapper l'eau salée. Chaque goutte de saumure était alors collectée par un madrier de sapin rainuré légèrement penché.

Ce bâtiment a été détruit en 1920.

Bâtiment du Directeur des Salines d'Arc-et-Senans

La Maison du Directeur

La Maison du Directeur est le centre de la saline. Elle est organisée en colonnes doriques à bossage avec un oculus au centre pour montrer la puissance et le pouvoir du Directeur. Ce bâtiment se démarque ainsi des autres par son prestige, afin de souligner l'importance du rôle du Directeur.

 Les bernes de la Saline Royale d'Arc et Senans  

Les Bernes

A droite de la photo, on peut voir les Bernes. Il s'agissait des ateliers de cuisson, le lieu où on faisait chauffer la saumure pour en extraire le sel. A droit de ce bâtiment se trouvent les Berniers, anciennes habitations des ouvriers.
 Bâtiment des gardes de la saline royale d'Arc et Senans  

Le bâtiment des Gardes

Le bâtiment des Gardes est également un bâtiment prestigieux, même s'il l'est moins que la Maison du Directeur. Toutefois, ce bâtiment dispose de colonnes doriques. Il servait à contrôler les entrées. Il ne faut pas oublier que le sel était un bien très convoité, surnommé à l'époque "l'Or Blanc".

Ce bâtiment a été particulièrement soigné par Claude-Nicolas Ledoux. En effet, la protection de la saline était pour lui un critère majeur dans l'architecture qu'il a dessinée.

 Ecuries de la Saline royale d'Arc-et-Senans  

Les Ecuries

Les écuries, avec leur espace central, servaient de remise pour les voitures et de part et d'autre les chevaux y étaient abrités.

Les jardins des Salines d'Arc-et-SenansOutre ces bâtiments, on retrouve également un Jardin extérieur qui est le théâtre du fameux Festival des jardins de la Saline Royale d'Arc-et-Senans. Chaque année, les jardins de la Saline Royale se métamorphosent pour illustrer un thème différent.  Ce sont près de 300 passionnés (jardiniers, formateurs, élèves et étudiants) qui contribuent à cette métamorphose annuelle.

 

 

 

  • Le saumoduc entre la saline de Salins-les-Bains et celle d'Arc-et-Senans

Saumoduc exposé au Musée du Sel de Salins-les-BainsUn saumoduc a été construit à la fin du XVIIIème Siècle afin de relier les salines de Salins-les-Bains et la saline royale d'Arc-et-Senans (Doubs). Cette construction est dûe au fait que la saline de Salins-les-Bains manquait de bois à proximité tandis que celle d'Arc-et-Senans avait la forêt de Chaux à proximité mais n'avait pas de source d'eau salée. Ainsi, ce saumoduc long de 21km250 a été construit afin d'acheminer la saumure extraite à Salins jusqu'à la saline royale d'Arc-et-Senans. 

Ce saumoduc suivait les cours de la Furieuse et de la Loue. il a été construit selon les plans du géomètre Denis-François Dez.

On retrouve 3 vestiges maçonnés de ce saumoduc, tous classés Monuments Historiques le 29 décembre 2009 :

Monument Historique la cuvette de Monplaisir, à Salins-les-Bains : une petite pièce voûtée avec, sur le côté droit, deux bouches d'arrivée, et sur le côté gauche, deux bouches de départ ;

Monument Historique la cuvette de Perrichon, à Port-Lesney : un petit bâtiment couvert de tuiles qui ne présente plus d'éléments techniques apparents ;

Monument Historique le passage sous la route de Lyon, à Rennes-sur-Loue : il présente une partie d'origine à voûte plate et une partie dont la voûte a été refaite plus bombée.

 Originellement faites en sapin, les conduites furent remplacées par de la fonte en 1788.

Chaque jour, 135 000 litres de saumure étaient envoyées de Salins à Arc-et-Senans. Afin d'assurer la sécurité de ce transfert et déviter les "faux-sauniers" (personnes qui perçaient les canalisations pour voler la saumure), 10 postes de garde furent construits le long du tracé du saumoduc. On l'a appelé le « chemin des gabelous » (un gabelou était un douanier reponsable du commerce du sel).

La saumure arrivait dans le bâtiment de graduation de la saline royale d'Arc-et-Senans. Ce bâtiment servait à augmenter la concentration en sel.

  • Le projet de Cité idéale

La Saline Royale faisait partie d'un projet plus vaste imaginé par Claude-Nicolas Ledoux, le projet de la Cité Idéale de Chaux. Ce projet utopique visait à créer autour de cette Saline Royale une conception urbanistique visant à la perfection architecturale et humaine. 

La Saline Royale représentait déjà cet idéal utopiste de l'architecte. En effet, outre son architecture avec son demi-cercle parfait, ses alignements et symétries, Claude-Nicolas Ledoux avait pensé à son aspect humain avec notamment des ouvriers logés sur le site, nourris et bénéficiant d'activités multiples.

  • Un site classé

La Saline Royale d'Arc-et-Senans est un site classé :

 Monument Historique"Monument Historique" par 2 arrêtés des 3/11/1926 et 20/02/1940, avec la description suivante :

"Construite entre 1775 et 1779 par l’architecte Claude-Nicolas Ledoux, la saline se distingue par la qualité de son architecture qui lui a valu dès 1926 un classement au titre des MH et en 1983 une inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. La rigueur de son plan et le volume des bâtiments forment un enclos en demi-cercle où s'amalgament tous les usages d'une industrie jadis détentrice des attributs de l'autorité souveraine : lieux de travail (tonnellerie, maréchalerie) , lieux de vie et au centre du dispositif maison directorial sont restés figés. une chapelle est adjointe au logie patronal, elle est flanquée de deux vastes ateliers d'écvaporation, les "bernes". Des colonnes cyclopéennes et des frontons (entrée logis patronal) , l'omniprésence du calcaire en pierre de taille, l'ampleur des toits de tuiles et le décor d'architecture en rocaille n'ont pas évité à cette industrie d'Etat, les méfaits de l'effondrement de la rentabilité. Elle a cessé de produire du sel en 1895. Acquise en 1927 par le Conseil général, restaurée à partir de 1936 (travaux intérieurs de l’architecte Polti) , la saline est ouverte à la visite et offre un lieu d’accueil monumental pour les expositions temporaires, colloques et séminaires." (Source : Ministère de la Culture)

 Monument Historique"Monument Historique" pour la Graduation de la Saline par 1 arrêtés du 08/10/1991, avec la description suivante :

"Inspecteur général des Salines du Jura, Claude-Nicolas Ledoux est chargé en 1773 de la construction d’une nouvelle saline. Edifiée de 1775 à 1779, cette manufacture est conçue pour traiter les « petites eaux » salées, acheminées depuis la saline de Salins (Jura) par canalisations. Cette saumure, faiblement salée, était concentrée en passant dans un bâtiment dit de graduation, avant de pénétrer dans l’enceinte de la salinepour y être évaporée. Les installations permettant cette concentration comprenaient un canal actionnant une pompe, le bâtiment de graduation (halle de 500 mètres entièrement en bois) et le logement du charpentier chargé de son entretien. La saumure était élevée dans le haut de la halle, circulait dans une canalisation percée, tombait en pluie dans le bâtiment rempli de fagots d’épines et sous l’effet du vent, se concentrait en sel. Ce vaste bâtiment ayant été détruit suite à la fermeture de la saline en 1895, seuls les aménagements hydrauliques et le logement, vestiges d’un dispositif indispensable au fonctionnement de la saline, ont pu être conservés." (Source : Ministère de la Culture)

 Patrimoine Mondial de l'Unesco "Patrimoine Mondial de l'Unesco" en 1982 avec extension en 2009, sous le titre "De la grande saline de Salins-les-Bains à la saline royale d’Arc-et-Senans, la production du sel ignigène" :

" La Saline Royale d'Arc-et-Senans, à proximité de Besançon, est l'œuvre de Claude Nicolas Ledoux. Sa construction, qui débuta en 1775 sous le règne de Louis XVI, est la première grande réalisation d'architecture industrielle qui reflète l'idéal de progrès du siècle des Lumières. Ce vaste ouvrage semi circulaire fut conçu pour permettre une organisation rationnelle et hiérarchisée du travail. La construction initiale devait être suivie de l'édification d'une cité idéale, qui demeura à l'état de projet. La Grande Saline de Salins-les-Bains fut en activité pendant 1200 ans, jusqu’en 1962. De 1780 à 1895, son eau salée a été acheminée sur une distance de 21km par des saumoducs jusqu’à la Saline Royale d’Arc-et-Senans, construite à proximité d’un massif forestier important pour en assurer le combustible. La Saline de Salins abrite une galerie souterraine du XIIIe siècle avec une pompe hydraulique du XIXe toujours en fonctionnement. La salle des Poêles laisse imaginer la pénibilité du travail des sauniers pour récolter l’Or Blanc.(Source : Unesco)
  • Un haut-lieu touristique en Bourgogne-Franche-Comté

Outre son architecture et sa riche histoire, la Saline Royale d'Arc-et-Senans propose aujourd'hui des expositions permanentes sur le sel et un musée consacré à l'œuvre de Claude Nicolas Ledoux. En outre, de nombreuses animations sont proposées avec notamment des expositions, le festival des jardins, des concerts, des résidences de chercheurs, des colloques, etc.


- Pour en savoir + :

Site officiel de la Saline Royale d'Arc-et-Senans : http://www.salineroyale.com/

- Carte situant la Saline Royale d'Arc-et-Senans :

Imprimer

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook

Twitter

Réserver un Hôtel

Booking.com

Réservez une chambre d'hôtel ou un autre hébergement en totale sécurité grâce à notre partenaire Booking.com.
Plus de 2000 hébergements référencés en Bourgogne-Franche-Comté : comparez les prix et bénéficiez des meilleurs tarifs d'hébergement garantis !

Please publish modules in offcanvas position.

Bfcomte - Age Themes