Bienvenue en Bourgogne-Franche-Comté !

Découvrez la région Bourgogne-Franche-Comté
Cette grande région de l'Est de la France comporte 8 départements qui recèlent de 1001 merveilles !
Bourgogne-Franche-Comté : le tourisme nature !
Une Histoire riche, des cultures typiques, un patrimoine inégalé, des paysages à couper le souffle, ...
Une région d'arts et de culture(s) !
Artistes nés et/ou inspirés par la Franche-Comté, architectures de haute qualité, cultures locales authentiques et folklore sont autant d'atouts de chaque coin de la région Bourgogne-Franche-Comté !
Détente et loisirs en Bourgogne-Franche-Comté
La Bourgogne-Franche-Comté permet de se ressourcer partout, tout le temps grâce à ses nombreux festivals, sports, plages, divertissements, etc.
Gastronomie bourguignonne et gastronomie comtoise
La gastronomie franc-comtoise et la gastronomie bourguignonne disposent aussi bien de spécificités que de points communs. Faisons un petit tour gourmand en Bourgogne-Franche-Comté ...

Les Salines de Salins-les-Bains

Les Salines de Salins-Les-Bains consistent en 2 anciennes salines (ou sauneries) : une petite saline et la grande saline (appelées ainsi en fonction des puits d'eau salée qui alimentaient respectivement chacune d'elle). Ces salines dateraient du Xème Siècle ou du XIIIème Siècle. Elles se situent à Salins-les-Bains, dans le Jura.

Ces salines sont les plus anciennes connues, avec celles de Lons-le-Saunier. A noter que la saumure qui était extraite aux salines de Salins-les-Bains était transférée à la Saline Royale d'Arc-et-Senans à partir de 1772 par un saumoduc long de plus de 21km.

Les Salines de Salins-les-Bains

  • Histoire des Salines de Salins-les-Bains

Le sel est exploité à Salins-les-Bains depuis le néolithique. On atteste de la présence des salines de Salins-les-Bains depuis le Moyen-Age.

On parle des Salines de Salins-les-Bains en référence aux 3 sources d'eau salée (les "puits") qui les alimentaient. En effet, le « puits à Muire » était l'un des plus anciens et des plus profonds : il alimentait la petite saline. Le « puits à Gré » et le « puits d'Amont » alimentaient quant à eux la « grande saline ».

Bien qu'aucun document ne le prouve, on attribue la création des Salines actuelles au comte Aubry 1er de Mâcon (ou Albéric de Narbonne) au Xème Siècle. En effet, à cette époque la ville de Salins-les-Bains est scindée en deux bourgs ayant chacune un seigneur et son puits à « muire » (eau salée) notamment. Le "Bourg du Sire" sur la partie haute (où se trouve le puits d'Amont de la grande saline) et le « Bourg du Comte » sur la partie basse (où se trouve la petite saline, la plus ancienne). Le puits à Gré est quant à lui exploité au profit des deux parties.

Au XIIIème Siècle, des documents attestent de l'existence de ces salines comme site d’exploitation du sel ignigène (évaporation de la saumure par le feu).

La ville s'organisera ensuite en 3 manufactures, autour de chacun des puits :
- La Grande Saline du Bourg-Dessus appartenait au Comte de Bourgogne. Jean Sans Peur instaurera une gabelle.
- La Petite Saline, au Bourg-Dessous, appartenait à 161 propriétaires qui en confiaient l'exploitation à des moutiers. 
- Enfin, La Chauderette, qui s’est développée entre ces deux salines au 13ème siècle, appartenait aux abbayes cisterciennes de Rosières (Jura) et de Cîteaux (Côte-d’Or). 


Ces trois salines seront réunies et deviendront "Manufacture royale" en 1678, avec le rattachement de la Franche-Comté au Royaume de France.  

Lors de la visite de la Grande saline, on traverse des galeries souterraines du XIIIe siècle. Ces galeries reliaient le puits d'Amont et le puits à Gré.  On peut voir des mécanismes du 14ème siècle qui étaient entraînés par des chevaux, les norias (ou chapelets), qui faisaient descendre des seaux dans la galerie pour ensuite remonter l’eau salée en surface. Ce système, utilisé jusqu'en 1750 fut remplacé progressivement par des pompes. On peut notamment voir une pompe hydraulique du XIXe siècle toujours en fonctionnement.

De 1772 à 1895, la saumure extraite à Salins-les-Bains est acheminée jusqu’à la Saline Royale d’Arc-et-Senans, dans le Doubs, par un "saumoduc". En effet, le bois se fait rare à Salins-les-Bains et son acheminement coûte de plus en plus cher.

En 1962, les salines ferment. Elles seront rachetées en 1966 par la commune.

A noter que les salines sont aujourd'hui quelque peu exploitées : une saumure est toujours captée afin d'assurer le salage pour le déneigement des routes l'hiver.

  • Les 2 salines de Salins-les-Bains

La Petite Saline de Salins-les-Bains se situait sur l'actuel site de l'établissement thermal construit à partir de 1854. Le Puits à Muyre qui alimentait la Petite Saline sert actuellement pour la piscine de détente. C'est un puits foré en 1994, le puits des Cordeliers, qui fournit l'eau thermale, ceci afin de satisfaire aux exigences de sécurité bactériologique drastiques.

Quant à l'actuelle Grande Saline de Salins-Les-Bains, elle peut être visitée :

- Les souterrains abritées sous des voûtes en plein cintre relient deux puits dont l'un est encore équipé d'un système de pompage toujours fonctionnel ;

- La salle des poêles où l'eau était chauffée pour en extraire le sel après évaporation ;

- Le musée du sel qui propose des témoignages, des films et une vaste collection d'objets techniques pour comprendre l'industrie salinière comtoise et le travail des sauniers.

  • Un site classé

La Saline de Salins-les-Bains est un site classé :

 Monument Historique"Monument Historique" par 1 arrêté du 8/12/2009, avec la description suivante :

"Reconstruite en pierre au début du 15e siècle, la grande saunerie, qui fut un enjeu des relations entre le Saint Empire, la Bourgogne et le royaume de France, offre un bon exemple de site industriel ancien implanté en milieu urbain. Délimitée par une enceinte fortifiée (aujourd’hui démantelée) , elle se compose d’ateliers en surface permettant le stockage de la saumure (bassins) , le traitement du sel (évaporation, égouttage, séchage et conditionnement) et l’entretien des équipements (forge, tonnellerie, menuiserie) ainsi que bureaux, logements d’officiers, maison du directeur, chapelle, salle de justice et prison. Sous la cour, deux salles voûtées (les puits d’Amont et à Grès) , reliées par une galerie souterraine, servent au captage et à la remontée des eaux de source salées. A partir de 1832, l’introduction du procédé du sondage permet de traiter des eaux saturées en sel. La saline poursuit son exploitation jusqu’en 1962 sans connaître de modernisations notoires. Malgré d’importantes destructions lors d’un incendie en 1825 et pendant la Seconde Guerre mondiale, la saline a conservé ses installations (sondage, moteur hydraulique, poêle d’évaporation) permettant une bonne compréhension du fonctionnement d’une saline traditionnelle : atelier de fabrication et galerie sont ouverts à la visite depuis 1968. D'autres bâtiments accueillent encore un casino, l'office de tourisme, le musée municipal et le siège de l'association des Musées des Techniques et Cultures comtoises. Des tennis et un jardin public ont été aménagés sur les espaces libres. La saline continue de fournir les eaux salées de l'établissement thermal." (Source : Ministère de la Culture)

 Patrimoine Mondial de l'Unesco "Patrimoine Mondial de l'Unesco" le 27 juin 2009, en extension de l’inscription de la Saline Royale d’Arc-et-Senans en 1982, sous le titre "De la grande saline de Salins-les-Bains à la saline royale d’Arc-et-Senans, la production du sel ignigène" :

" La Saline Royale d'Arc-et-Senans, à proximité de Besançon, est l'œuvre de Claude Nicolas Ledoux. Sa construction, qui débuta en 1775 sous le règne de Louis XVI, est la première grande réalisation d'architecture industrielle qui reflète l'idéal de progrès du siècle des Lumières. Ce vaste ouvrage semi circulaire fut conçu pour permettre une organisation rationnelle et hiérarchisée du travail. La construction initiale devait être suivie de l'édification d'une cité idéale, qui demeura à l'état de projet. La Grande Saline de Salins-les-Bains fut en activité pendant 1200 ans, jusqu’en 1962. De 1780 à 1895, son eau salée a été acheminée sur une distance de 21km par des saumoducs jusqu’à la Saline Royale d’Arc-et-Senans, construite à proximité d’un massif forestier important pour en assurer le combustible. La Saline de Salins abrite une galerie souterraine du XIIIe siècle avec une pompe hydraulique du XIXe toujours en fonctionnement. La salle des Poêles laisse imaginer la pénibilité du travail des sauniers pour récolter l’Or Blanc.(Source : Unesco).

 


- Pour en savoir + :

Site officiel des Salines de Salins-les-Bains : http://www.salinesdesalins.com/

- Carte situant les Salines de Salins-les-Bains :

Imprimer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook

Twitter

Réserver un Hôtel

Booking.com

Réservez une chambre d'hôtel ou un autre hébergement en totale sécurité grâce à notre partenaire Booking.com.
Plus de 2000 hébergements référencés en Bourgogne-Franche-Comté : comparez les prix et bénéficiez des meilleurs tarifs d'hébergement garantis !

Please publish modules in offcanvas position.

Bfcomte - Age Themes